Pépinières Duval

Comment se débarrasser des mauvaises herbes sans pesticides ?

article du 05/08/2022

Pour certains un plaisir, pour d'autres une corvée, découvrez des méthodes naturelles pour vous débarrasser des mauvaises herbes.

Nous pensons tous à ce fardeau qu'est le désherbage, nous rêvons tous d'une pelouse et d'un jardin propre, sans aucune adventice.
Pour cela, découvrez nos méthodes pour tuer vos mauvaises herbes en limitant votre impact écologique sur la planète.

À la main

Vous pouvez vous-même retirer vos mauvaises herbes en tirant dessus, vous pouvez vous munir d'une paire de gants ou à le faire à mains nues.
Cependant, attention de ne pas transporter de graines de mauvaises herbes ailleurs, car vous n'aurez plus qu'à recommencer.

Pour vous aider, vous pouvez utiliser une griffe de jardinage, il vous suffira d'enlever la terre et les racines de la mauvaise herbe et vous n'aurez plus qu'à tirer dessus.

Le gluten de maïs

Le gluten de maïs contrôle la germination des semences. En conséquence, si vous en saupoudrez dans votre jardin, il empêchera les graines de mauvaises herbes de germer.

Cependant, il faudra faire attention, car le gluten de maïs empêche toutes les graines de germer, sans exception, donc n'en mettez pas à côté de plante que vous venez de semer, car ils ne pousseront jamais. Il est préférable d'attendre que les plantes soient bien établies en terre pour en parsemer autour.

Le paillis

Vous pouvez recouvrir vos zones de plantations avec du paillis, les graines des mauvaises herbes n'entreront alors pas en contact avec la terre et ne pourront donc pas se développer.

Pour les graines de mauvaises herbes qui sont déjà en terre, elles ne verront pas le jour nécessaire pour se développer, elles ne pousseront donc pas.

Le paillis a beaucoup de bénéfices en plus d'éviter les mauvaises herbes, il enrichit le sol en composant, il garde l'humidité et il est esthétiquement très joli.

Le vinaigre de vin blanc



Il faut appliquer le vinaigre avec un contenant pulvérisateur sur les mauvaises herbes. Cependant, attention ça ne tue pas que les mauvaises herbes donc préserver vos autres plantes.

Dans l'idéal, il faut le pulvériser le matin et lorsqu'il n'y a pas de vent, sinon, vous allez contaminer les plantes voisines.
De plus, les propriétés herbicides du vinaigre s'activent avec le soleil, il est donc préférable d'en pulvériser lors d'une journée sans nuages et sans pluie.

Le papier journal

Le journal étouffe les mauvaises herbes et empêche les prochaines de pousser.
Couvrez vos cultures avec une épaisse couche de papier journal, ça empêche la lumière du soleil d'atteindre les graines des mauvaises herbes.

Donc ce que vous devez faire :
Mouillez votre sol, appliquez le journal sur la base de la plante, mouillez de nouveau avant de recouvrir d'un paillis.

L'eau bouillante

Ébouillanter les mauvaises herbes est encore une autre manière de s'en débarrasser. Pour cela, faites chauffer de l'eau dans votre bouilloire, puis amener là dans votre jardin.
Versez un filet d'eau sur la base de chaque mauvaise herbe.
Les mauvaises herbes les plus coriaces peuvent nécessiter deux à trois applications.

Pensez également à prendre vos précautions en mettant des maniques et porter un pantalon long et des chaussures fermées afin d'éviter de vous brûler.

Le sel

Vous pouvez utiliser le sel en petite quantité et seulement en cas de besoin. En effet, il rend votre sol incultivable pendant plusieurs mois.

Le sel est en réalité un vieux remède pour se débarrasser des mauvaises herbes. Vous pouvez en mettre une pincée sur la base de chaque mauvaise herbe, il va ainsi agir et tuer la plante, le sel quant à lui se diluera au bout de quelques jours de pluie.

Le savon



Chez vous, il est possible de fabriquer vos propres herbicides.

Pour cela, mélangez à parts égales : du sel, du savon et du vinaigre. Mélangez le tout et mettez la préparation dans un contenant pulvérisateur.

Appliquer la préparation sur vos mauvaises herbes, en revanche attention, car cette préparation tuera toutes les plantes avec lesquelles elle sera en contact.

Maintenant, à vous de jouer !

Les arbres fruitiers peu connues produisant de délicieux fruits

article du 06/07/2022


Une multitude d’arbres fruitiers existent, nous connaissons les plus courants que l’on retrouve dans la plupart des jardins c’est-à-dire les pommiers, les poiriers ou encore les cerisiers. Nous avons aussi les petits fruitiers tels que les fraisiers, les framboisiers ainsi que les myrtilliers qui sont eux également très populaires. Ces arbres et arbustes sont assez communs puisque nous en voyons où nous mangeons leur fruit tout au long de notre vie.

Pourtant les variétés d’arbres fruitiers se comptent par milliers, autrement dits qu’il y a encore des milliers d’autres fruits, d’autres saveurs inconnues à découvrir.

Pour cela, je vais vous présenter une série d’arbres fruitiers et d’arbustes fruitiers qui sont peu ou pas connus mais qui produisent un fruit qui vaut le détour !


L’arbousier (arbutus unedo) ou encore arbre aux fraises

Cet arbre fruitier au feuillage persistant donne de jolis fruits qui sont appelés arbouses mais également fraises chinoises.
C’est un arbre qui craint les fortes gelées mais qui peut résister à des températures allant jusqu’à -10°C.

Les fleurs de cet arbre apparaissent d’août à novembre et forment de petites clochettes puis ils laissent places aux fruits.
Son fruit à une chair jaune et charnue avec de nombreux petits pépins et son goût est acidulé et sucré.
Au départ le fruit de l’arbousier est vert, puis il devient jaune, ensuite orange et pour finir il mûrit et devient rouge. L’arbouse arrive à maturité seulement après environ une année passée dans l’arbre.
Très riche en fibres, ce fruit vous apportera de la vitamine C et de l’énergie. Il a également des vertus antioxydantes et diurétiques.


L’asiminier (asimina triloba)

L’asiminier est un arbre fruitier méconnu originaire des États-Unis, son origine lui donnant le nom d’asiminier de Virginie mais encore arbre à banane ou paw paw.

Cet arbre a une très bonne rusticité : il supporte jusqu’à -25°C et il se porte également très bien lors de températures plus chaudes.

Le paw paw a un feuillage caduc et durant le printemps des fleurs s’épanouissent dans son feuillage, laissant place à des fruits : l’asimine de 8 à 12 cm de long, assemblés comme un régime de bananes. Ses fruits sont tout d’abord jaune vert, puis ils deviennent bruns lorsqu’ils arrivent à maturité vers la fin de l’été. Au centre de son fruit, des graines noires toxiques.
La chair du fruit est moelleuse et sucrée avec une note de vanille, le tout formant un mélange entre la banane et la mangue. Ce fruit est riche en vitamines A et C et forme une source d’oligoéléments et d’acides aminés.


Le cognassier (cydonia oblonga)



Le cognassier est un arbre fruitier au feuillage caduc qui résiste très bien au gel, en revanche, il demandera à être abrité du vent froid.
Cet arbre produit un fruit nommé le coing et qui auparavant était appelé « Poire de Cydonie ».

En mai, les fleurs blanches et roses du cognassier apparaissent pour ensuite laisser place à de gros fruits jaunes assez parfumés.

Le coing ne se mange pas cru à cause de sa texture granuleuse et son goût âpre mais il est le plus souvent utilisé en compote ou en geler par exemple.
Ce fruit est riche en potassium et en fibres, il a donc la propriété de réguler le transit intestinal.


Le cormier (sorbus domestica)

Le cormier ou encore sorbier domestique est un arbre fruitier au feuillage caduc ayant une rusticité allant jusqu’à -30°C.

Le cormier produit des fruits charnus à noyau, de couleur verte et pourpre. Leur forme ressemblant fortement à une poire en plus petit puisqu’il mesure environ 2 à 3 cm, ce sont des fruits qui poussent en grappes.

Le fruit du cormier est consommable qu’après blettissement. Quand il est prêt, il a une couleur jaune orangé ou brunâtre.


Le poirier asiatique (pyrus pyrifolia)

Le poirier asiatique produit un fruit qui s’appelle le nashi ou encore poire des sables ou poire japonaise.
Le poirier asiatique est un arbre de petite taille qui peut faire maximum 5 mètres de hauteur.

Le nashi a une forme de pomme et sa peau, légèrement granuleuse, a une texture poire, d’où son surnom de « pomme poire ».
Cependant, c’est tout ce que le nashi a en commun avec ces deux fruits puisque contrairement à ce que l’on pense il n’a ni le goût d’une pomme, ni le goût d’une poire.
La poire des sables à une saveur très douce avec quelques notes d’ananas, de poire et de miel.

C’est un fruit croquant et juteux qui a plus d’un tour dans son sac étant donné qu’il est également riche en potassium, magnésium, vitamine C et fibres. Il possède également de nombreuses propriétés antioxydantes.


Le néflier du Japon, bibacier ou bibassier

Le néflier du Japon est un arbre fruitier au feuillage persistant. Son fruit, la nèfle ou bibace, ou encore bibasse, est un fruit qui se consomme frais et mûr. C’est donc mieux de le consommer frais, juste après les avoir récoltés entre le mois de mai et le mois de juillet.

La nèfle est un fruit allongé à l’allure de prunes de couleur jaune orangé. Sa pulpe est juteuse et acidulée et a de nombreux bienfaits : riches en vitamines A, B6, B9 et C ainsi que des vertus antioxydantes.

Ce fruit est également une excellente source de minéraux et d’oligo-élément notamment de potassium, de calcium, de phosphore et de fer. Vous pouvez consommer la nèfle crue ou cuite en compote, en confiture ou encore en gelées.


L’airelle rouge (vaccinium vitis-idaea)

L’airelle rouge est une plante très rustique et à croissance lente. On confond souvent ses baies avec celles de la canneberge aussi appelée cranberry.

De mai à août, de petites fleurs roses en forme de clochettes apparaissent, elles laisseront place à de petits fruits rouges à la pulpe blanche.

Les airelles rouges ont de nombreuses propriétés médicinales par exemple contre les infections urinaires ou biliaires, ou encore pour les rhumatismes, sans oublier ses vertus diurétiques.


L’aronia (aronia melanocarpa)

L’aronia est un arbuste rustique produisant des baies aux nombreuses vertus, les Indiens les utilisaient d’ailleurs pour se soigner.
Au printemps, de jolies fleurs blanches et roses se forment. En fin d’été et pendant l’automne, ces fleurs deviendront des baies noires.

Ces baies se mangent rarement fraîches car leur goût n’est pas agréable. En revanche, sèches, elles doivent tremper 12h pour être réhydratées. On peut l’intégrer à du muesli, des compotes, du crumble ou encore des smoothies.

Les baies noires d’aronia sont très intéressantes pour leurs nombreuses valeurs nutritionnelles : elles sont très riches en anthocyanes, en vitamines B, en vitamines C, en minéraux et en fibres.
En ce qui concerne la santé, c’est la baie la plus intéressante.


Camérisier (lonicera kamtschatica)

Le camérisier, également appelé chèvrefeuille comestible, baie de mai, ou encore myrtille de Sibérie est un petit arbuste fruitier mesurant 1,5 à 2 mètres de hauteur.
Cet arbre fruitier aime les zones fraîches et froides étant donné qu’il résiste aux températures allant jusqu’à -40°C.
Cependant faites très attention car seul les baies de mai sont comestibles, les fruits de toutes les autres variétés de chèvrefeuilles sont toxiques.

Les baies de mai sont riches en fibres, en minéraux, en vitamines B et C et il a également des propriétés anti-inflammatoires. Ces fruits sont bleus, couvertes de pruine et sont prêts à la récolte dès le mois de mai.
Elles se consomment crues et son goût quant à lui est entre la myrtille, le kiwi et la mûre. On peut la déguster aussi en compote, en confiture ou encore en jus et en smoothies.

Nous vous conseillons de planter deux loniceras proches l’un de l’autre afin que la pollinisation se fasse plus facilement.


Cornouiller du Japon (cornus kousa)

Le cornouiller du Japon est un petit arbre originaire d’Asie au feuillage caduc.

Durant les mois de mai ou de juin, le cornouiller offre une floraison spectaculaire. Il se couvre de grandes fleurs blanches qui laisseront ensuite place aux fruits. Les fruits du cornouiller sont appelés yamabouchi ou fraise du Japon, ils sont charnus et ils ont une couleur rose fuchsia. Leur aspect ressemble fortement à celle de la framboise ou de la fraise, les oiseaux, eux, les adore.

Le goût de la fraise du Japon est fruité, elle se situe entre la mangue et l’abricot.
Il est préférable de récolter ce fruit à maturité, c’est-à-dire de septembre à octobre et de les manger crus, si vous les faites cuire, ils auront un parfum plus effacé.


Fuchsia rustique (fuchsia regia ‘regal’)



Le fuchsia regia ‘regal’ est un petit arbuste résistant à des températures allant jusqu’à -10°C.
Cette variété fruitière est méconnue par la plupart des personnes, pourtant elle produit de petits fruits très vitaminés et bons pour la santé.

Les baies du fuchsia se préparent en confitures, en crumble ou en jus. Elles ressemblent à des cerises un peu allongées et sans noyau.
Lorsqu’elles sont mûres, elles sont assez dodues, juteuses, lisses et violettes et elles doivent se détacher facilement de l’arbre lors de la cueillette.

Son goût est sucré et acidulé avec une subtile saveur de raisin et une légère note de poivre. Les fruits sont tendres et on peut les récolter dès la fin du mois d’août.


Sureau noir (sambucus)



Les baies de sureau poussent sur un arbuste qui s’appelle le sureau.
Selon la variété, le sureau peut donner des baies noires ou des baies rouges qui sont disposées en grappes dans l’arbre.
Il donne également des fleurs, elles aussi comestibles et qui peuvent être cueillies de mai à juin.

Cependant il faut faire attention à deux choses si vous voulez consommer les baies du sureau :

La première chose : il existe trois sortes de sureaux, un sureau aux baies rouges et deux sureaux aux baies noires. Parmi les deux sureaux aux baies noires, l’un est toxique et l’autre est comestible. La variété toxique s’appelle sureau yèble ou hièble (sambucus ebulus) et le sureau comestible c’est le sureau noir (sambucus nigra).

La deuxième chose : on ne mange pas les baies de sureau crues ou à peine mûres. Il faut d’abord les mettre en cuisson entre 65°C et 70°C, sinon les baies peuvent provoquer des vomissements et des diarrhées.

De nature très peu sucrés et âpres, il ne faut pas hésiter à rajouter du sucre lors de la dégustation.


L’akébie (akébia quinata)



L’akébia quinata est une plante grimpante au feuillage semi-persistant originaire des pays d’Asie.

Cette grimpante produit des fruits allongés de couleur pourpre voire violet qui peuvent mesurer jusqu’à 10 cm de long.

Ces fruits sont plus considérés pour leurs aspects décoratifs que gustatifs.

Lorsqu’ils arrivent à maturité, les fruits s’ouvrent et on en consomme la partie centrale.
Sa pulpe peut servir à la confection de glaces.


Schisandra chinensis



Le schisandra chinensis est une liane rustique et décorative originaire de Chine où l’on se sert beaucoup de ses baies à des fins médicales.
Aujourd’hui, l’utilisation de ces baies à des fins médicales n’est recommandée qu’avec l’avis d’un médecin.

La récolte de ces fruits a lieu d’août à octobre.
Pour fructifier et produire des baies, la plante a besoin de deux sujets de sexes différents.
Les baies sont rouges et poussent en grappes. Elles ont une forte concentration de vitamines et d’acides aminés ainsi que des oligo-éléments, des huiles essentielles et des protéines.

Il est préférable que la femme enceinte ne consomme pas ces baies, qui en temps normal doivent être dégustées avec parcimonie.
En revanche, vous pouvez les faire sécher puis les réduire en poudre et ça fera ressortir ses 5 saveurs : salée, sucrée, aigre, épicé et amer.


Comment choisir son arbre fruitier en fonction de notre sol, de l'ensoleillement... ? Je vous laisse découvrir ça dans notre rubrique "Comment choisir son arbre fruitier ?"

L'été, la meilleure saison pour planter son palmier

article du 21/06/2022


On dit que la meilleure saison pour installer ses végétaux exotiques c'est l'été.
Pourquoi ? Pour une raison très simple : l'eau et la chaleur à volonté.



Les palmiers, pour la plupart issus de climats tropicales, sont des amateurs de chaleur et d'humidité. Ces conditions sont donc essentielles pour réussir leur plantation.

Pas d'inquiétude, la tâche n'est pas si compliquée qu'elle n'y paraît. Il vous suffira de préparer un trou deux fois supérieur à la taille de votre motte, d'aérer votre terre et d'y planter votre arbre.
Pour les palmiers, pas besoin de préparer la motte, leurs racines se renouvellent continuellement et en plus de ça elles sont cassantes et si vous tentez de les démêler vous pourriez faire mourir votre arbre.

Pour l'aération de la terre, il faudra prévoir pas mal de compost que vous mélangerez à la terre avec laquelle vous avez fait votre trou. Sinon vous pouvez aussi mettre le compost après la plantation ce qui est moins efficace.

Disposer votre palmier dans le trou, il faut que son tronc soit en contact avec le sol, on ne doit pas voir ses racines.

Pour finir, la dernière étape et l'une des plus importantes : l'arrosage !
Pour l'arrosage de votre palmier, il ne faut surtout pas hésiter sur la quantité lors de la plantation mais aussi après. La terre doit rester humide en surface pour que le palmier puisse développer ses racines et ensuite ses feuilles.

La rapidité de pousse dépend bien évidemment des espèces.

Voici quelques espèces de palmiers à croissance rapide :

• Le Palmier de Cunningham
• Le Trachycarpus fortunei
• Le Washingtonia filifera
• Le Palmier de Darwin
• Le Washingtonia robusta

Comment composer sa haie ?

article du 16/03/2022

Pourquoi une haie ?
Une haie peut être utile à différentes choses, la première est la protection du vent.
En effet, une haie assez massive permet une protection maximale du vent mais elle limite également le transfert d’eau entre les terrains, c’est ce qu’on appelle : antiérosif. Une haie attire des insectes, ils pourront donc éliminer les nuisibles mauvais pour le bon développement des plants.
La raison principale pour laquelle les personnes plantent des haies, est principalement pour occulter son jardin et donc avoir un espace plus intime. Pour confectionner sa haie, ça nécessite un minimum de réflexion. On ne peut pas prendre n’importe quel arbuste, en tout cas si vous voulez une haie belle et harmonieuse.

Haie Choisir des arbres et arbustes adaptés
Tout d’abord il vous faudra choisir des arbustes adaptés au type de haie que vous souhaitez.
Si vous voulez plus d’intimité, été comme hiver, il est évident qu’il ne faut pas prendre des variétés perdant leurs feuilles.
Le choix dépend de plein de facteurs et surtout de vos goûts. Si vous voulez une haie de couleurs, dense, fleuris, qui fait des fruits, qui vous protège du vent…

Choisir le nombre de variétés
Ensuite il faudra choisir combien de variétés différentes est-ce que vous voulez ?
Si vous plantez trop de variétés différentes, il n’y aura pas d’harmonie dans votre haie, or il faut que ce soit un minimum joli !

Ce nombre dépend principalement de la longueur de votre haie :

• Distance inférieure à 25 mètres : pas plus de 5 variétés
• Distance entre 25 et 30 mètres : pas plus de 6 variétés
• Distance supérieure à 50 mètres : pas plus de 8 variétés

Choisir la séquence de plantation
En fonction de si vous avez besoin que votre haie soit occultante, il faudra choisir une séquence de plantation, c’est-à-dire la trame de votre haie que vous répéterez.
Vous choisirez aussi si vous voulez une plantation sur une ou deux lignes. Une haie sur deux lignes permet évidemment d’avoir plus de densité. Cependant elle fait au minimum 1 mètre de large. Une haie variée sans arbres taillé en double rang peut, elle, faire plus de 2 mètres de larges.

Quelques exemples de types de haie :
• La haie libre : on laisse les arbres sous leur forme la plus naturelle possible
• La haie taillée : on taille la haie de façon géométrique pour que ça devienne harmonieux
• La haie variée : elle est composée de plusieurs variétés
• La haie monospécifique : généralement utilisée pour occulter rapidement un vis-à-vis gênant, elle n’a aucun intérêt pour la biodiversité du jardin
• La haie fruitière : composée d’arbres ou d’arbustes fruitiers ou à baie, elle est esthétique et permet d’apporter beaucoup de diversité et de couleurs au jardin qu’il soit grand ou petit
• La haie fleurie : l’intérêt de cette haie est de varié les arbres et les arbustes pour avoir une haie ornementale en toute saison
• La haie persistante : composée que de variétés persistantes, elle offre un refuge pour toute l’année à la faune et la flore entourant votre jardin, c’est également l’un des brises vues les plus efficace
• La haie mixte : c’est un mélange entre des arbres et des arbustes persistants et caducs, elle laisse place à toutes sortes de floraisons

Sollicitez-nous pour composer votre haie !

Si vous souhaitez de l’aide pour définir vos besoins et composer une haie adaptée à votre type de sol ainsi qu’à votre jardin et surtout à vos envies, n’hésitez pas à nous appeler au 02.40.53.06.10 ou à venir en pépinière voir directement nos plants.

Comment choisir son arbre fruitier ?

article du 02/11/2021

Le choix d'un arbre fruitier s'effectue selon nos goûts mais également selon le fruit qu'il va produire, mais bien que cela soit un choix important, il faut aussi penser au bien être de l'arbre.

Poirier, vignes, cerisier Tout d’abord, un arbre fruitier a besoin d’être un minimum abrité du vent, il a également besoin de luminosité et d’espace pour vous assurer un rendement tant qualitatif que quantitatif. Lors du choix de votre fruitier, il faudra donc penser à la configuration de votre jardin et prendre en compte ces éléments :

Le climat : le Sud et le Nord n’ont pas forcément les mêmes températures, nous ne disposerons donc pas des mêmes variétés ou cultivars.
La luminosité : selon le type d’espèces, certaines supportent le manque de lumière tandis que d’autres n’y survivraient pas.
L’espace : il faut faire attention à bien utiliser votre espace, il faut savoir que quand vous achetez un arbre fruitier encore petit, il se peut qu’à long terme il fasse plus de 4 mètres de haut. A contrario, il serait dommage de mettre une variété qui restera petite au milieu d’un grand jardin.
Le sol : c’est mieux d’avoir un sol bien drainé comme pour la majorité des plantes.

Une fois les éléments ci-dessus pris en compte, vous pourrez choisir quel type d’arbre fruitier vous conviendra le mieux.

Framboisier, myrthillier, oranger

Pour chez nous (ouest de la France et climat océanique) :

Notre sélection est faite ici en fonction du porte-greffe adapté 

Grands fruitiers Sol      Ensoleillement Espacement Récolte
Abricotier Drainé Soleil 2m à 4m Juillet
Amandier Drainé Soleil 4m Mai à juin
Arbousier Tous Soleil 1m Octobre à décembre
Asiminier Drainé Soleil 3m Août à Octobre
Brugnonier Drainé Soleil 2m à 4m Mis juillet à août
Cerisier Tous Soleil 4m à 8m Fin mai à début jullet
Châtaigner Drainé Soleil 4m à 10m Octobre à novembre
Citronnier Drainé Soleil 1m et + Octobre à décembre
Cognassier Drainé Soleil 3m Novembre à décembre
Cormier Drainé Soleil 4m à 8m Septembre à octobre
Figuier Drainé Soleil 3m à 6m Juin à octobre
Grenadier Tous Soleil 1m à 4m Octobre
Nectarinier Drainé Soleil 2m à 4m Mis juillet à août
Kaki Drainé Soleil 3m à 5m Juillet à août
Kumquat Drainé Soleil 1m et + Novembre à mars
Nashi Drainé Soleil 2m à 8m Juillet à octobre
Néflier du Japon Drainé Soleil 1m à 4m Avril à mai
Noisetier Tous Soleil 1m à 4m Septembre à octobre
Noyer Drainé Soleil 4m à 10m Mis septembre à début octobre
Oranger Drainé Soleil 1m et + Novembre à mars
Pamplemoussier Drainé Soleil 1m et + Janvier à mai
Pêcher Drainé Soleil 2m à 4m Fin juin à septembre
Poirier Tous Soleil 2m à 8m Juillet à décembre
Pommier Tous Soleil 2m à 8m Mis août à mai
Prunier Tous Soleil 4m à 8m Juillet à septembre


Petits fruitiers Sol      Ensoleillement Espacement Récolte
Airelle rouge Frais Soleil 40cm à 60cm Août à février
Aronia Frais Soleil 40cm à 80cm Septembre à octobre
Baie de mai (Lonicera) Drainé Soleil/mi-ombre 40cm à 60cm Mai à juin
Canneberge Frais Soleil 40cm à 60cm Septembre à octobre
Cassissier Frais Soleil/mi-ombre 40cm à 60cm Juillet
Cornouiller du Japon Frais Soleil 240cm à 80cm Septembre à octobre
Epine-vinette Tous Soleil 40cm à 80cm Septembre à octobre
Fraisier Drainé Soleil/mi-ombre 40cm à 50cm Mai à octobre
Framboisier Drainé Soleil/mi-ombre 20cm à 40cm Juin à juillet
Fuchsia rustique Drainé Soleil/mi-ombre 40cm à 60cm Septembre à novembre
Goyavier du Chili Drainé Soleil 40cm à 60cm Septembre à octobre
Groseillier Tous Soleil 0,6cm à 1m Fin juin à août
Myrtillier Frais Soleil/mi-ombre 40cm à 50cm Juillet à août
Passiflore à fruit Drainé Soleil 80cm Août à octobre
Sureau noir Tous Soleil 40cm à 80cm Septembre


Fruitiers grimpants Sol      Ensoleillement Espacement Récolte
Akebia Drainé Soleil 1m et + Octobre à novembre
Kiwaï Drainé Soleil 1m et + Septembre
Kiwi Drainé Soleil 1m et + Septembre
Vigne Drainé Soleil 1m et + Août à octobre
Mûrier Tous Soleil 40cm à 50cm Juillet à septembre
Schisandra chinensis Drainé Soleil 1m et + Juillet à août